Collèges
Haut de page

Nouvelle sectorisation des collèges publics rennais

© Thomas Crabot

Le Département s’est engagé dès 2015 dans une expérimentation, initiée par le ministère de l’Education Nationale, pour plus de mixité sociale dans les collèges. Trois territoires ont été choisis : Redon, Saint-Malo et Rennes. Un travail a déjà été mené à Redon et Saint-Malo. Dernière phase : la ville de Rennes pour laquelle des décisions ont été prises par l’assemblée départementale le 15 décembre. Les élus ont voté un proposition de resectorisation des collèges publics de Rennes.

Les conseils départementaux ont pour mission de définir les secteurs de recrutement des collèges. Ils le font après avis du conseil départemental de l’éducation nationale, et en tenant compte de critères d’équilibre démographique, économique et social. L’assemblée départementale, lors de sa session du 15 décembre, a voté une modification de la carte scolaire des collèges publics de la ville de Rennes.
Cette décision est le fruit de 18 mois d’un long travail de concertation avec les services de l’Education Nationale, la Ville de Rennes, les établissements et les instances représentatives des parents d’élèves et des enseignants.
 

La situation atypique de Rennes

La Ville de Rennes compte douze collèges publics et sept collèges privés. Un peu plus de 60 % des 9 800 élèves scolarisés cette année sont inscrits dans le réseau public pour une capacité d’accueil globale d’environ 8 750 places. Il y a environ 2 500 places disponibles dans les collèges publics, dont 20 % sont mises à disposition d’associations ou d’organismes de formation tels le GRETA.
Ce disponible cache des situations diverses avec une saturation de la capacité d’accueil  des établissements scolaires plus centraux (les Ormeaux, le Landry, Anne-de-Bretagne, Zola et Echange),  et ceux situés en périphérie qui présentent un déséquilibre démographique et sociologique (Rosa Parks, Les Chalais, Les Hautes Ourmes et la Binquenais).
Ce contexte a incité le Département a lancé une réflexion pour rééquilibrer les effectifs des élèves et favoriser la mixité sociale.
 

Une nouvelle sectorisation

Lors de la session de l’assemblée départementale du 15 décembre 2017, les élus ont approuvé une nouvelle sectorisation. Deux éléments peuvent être pris en compte : soit la proximité du collège soit les facilités de déplacement et cela dans une recherche d’équilibre.
Ces resectorisations ne concerneront que les élèves entrant en 6ème, à compter de l’année scolaire de leur mise en œuvre. Ainsi, les élèves qui ont entamé une scolarité dans un collège la terminent dans ce même collège.  De même, les familles concernées par la mise en œuvre d’une nouvelle carte scolaire pour leur enfant entrant en 6ème alors que leur(s) aîné(s) est (sont) scolarisé(s) dans le collège du secteur actuel, pourront présenter une demande de dérogation auprès des services de l’Education nationale pour que leur enfant entrant en 6ème soit scolarisé dans le même établissement que son (ses) frère(s) et sœur(s).

=> Consultez la nouvelle sectorisation
 

Un secteur multi-collèges

Par ailleurs, les élus se sont prononcés pour la création d’un secteur multi collèges : les secteurs des collèges de Rosa Parks, Anne de Bretagne et Emile Zola reconfigurés, n’en formeront qu’un. Les familles de ces trois secteurs actuels seront amenés à faire des vœux par ordre de ces priorités entre ces trois collèges. L’affectation sera définie par les services de l’Education Nationale. En cas de choix à faire ceux-ci appliqueront des critères sur la base de critères : la priorité à l’ancien secteur, la mixité sociale et les critères habituels de dérogation (situation de handicap, problèmes de santé, fratries, boursiers, parcours particuliers, etc). Cette possibilité est offerte par la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 qui prévoit que, lorsque cela favorise la mixité sociale, un même secteur de recrutement peut être partagé par plusieurs collèges publics situés à l'intérieur d'un même périmètre de transports urbains. Cette proposition vise à limiter les phénomènes de ségrégation en s'appuyant sur une zone de recrutement élargie et plus mixte socialement et ainsi de permettre une plus grande homogénéité sociale entre établissements.
La décision définitive sera prise fin janvier 2018 , après consultation des instances représentatives des parents d’élèves et enseignants et de la communauté éducative.