Nous, vous… Ille-et-Vilaine.fr

Stabiliser les malades d’Alzheimer et soulager leurs proches

publié le 21.11.2016
L'accueil de jour à Droit de cité (Fougères) © Franck Hamon

De plus en plus de personnes âgées sont « désorientées », atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de syndromes apparentés. Le Département d’Ille-et-Vilaine favorise une prise en charge adaptée, qui rassure non seulement les malades mais aussi leur entourage.

La mémoire en pointillé, les idées embrouillées, des repères déboussolés, un grand besoin de déambuler et parfois même de crier… Selon une projection à partir d’une estimation de l’association France Alzheimer, ils seraient déjà plus de 12 000 en Ille-et-Vilaine à être atteints de la maladie d’Alzheimer ou de syndromes apparentés.

Leurs symptômes entraînent des troubles du comportement qui peuvent être gênants pour la famille ou les autres résidents d’un établissement. Il faut que ces personnes désorientées soient accueillies à part, dans un environnement sécurisé, avec des activités retardant la dégradation de la maladie et un encadrement renforcé. Même si ce n’est pas pour le Département d’Ille-et-Vilaine une obligation réglementaire, il en a fait de longue date une priorité, que ce soit dans le cadre de l’hébergement permanent ou de l’accueil ponctuel.
 

L’hébergement spécialisé

En Ille-et-Vilaine, de plus en plus de structures ont mis en place, en leur sein, de petites unités de vie qui sont réservées aux malades d'Alzheimer.

Les unités Alzheimer

Ces unités sont aussi appelées cantous (signifiant « coin du feu de la maison rurale » en langue d’oc): ce sont de petites unités de vie de 10 à 14 places, conçues pour être apaisantes et conviviales. Les personnes désorientées y restent nuit et jour, dans des locaux où elles peuvent évoluer en toute sécurité sans risquer de s’égarer. Elles y sont stimulées, grâce à du personnel qualifié et des activités cognitives thérapeutiques : jeux de mémoire, chorale, lecture, musique…
 
Sous l’impulsion du Département, la plupart des projets de restructuration d’Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) prévoient la création d’une unité Alzheimer, afin de mieux prendre en charge les besoins spécifiques de ces résidents, qui peuvent parfois perturber le fonctionnement d’une maison de retraite. Il soutient aussi financièrement le fonctionnement de ces unités.

Les PASA (Pôle d’activités et de soins adaptés)

Mis en place dans le cadre du plan national Alzheimer 2008-2012, une vingtaine d’établissements d’Ille-et-Vilaine comporte actuellement un PASA. Les résidents « désorientés » d’une maison de retraite y viennent à la journée, suivent des activités adaptées, et s’en retournent le soir parmi les autres résidents. 

Les UHR (Unité d’hébergement renforcée)

Dispositif lui aussi initié par le plan national Alzheimer 2008-2012, les UHR prennent en charge des personnes arrivées à un stade sévère de la maladie. Elles y restent nuit et jour mais ponctuellement, le temps d’une crise.

Soutien aux aidants

Les proches des malades, qu’on appelle « aidants familiaux » ou encore « aidants naturels », sont indispensables mais fragiles. Ils ont besoin de répit pour ne pas s’épuiser. Avec le soutien du Département, de plus en plus de dispositifs se développent pour prendre en charge ponctuellement les malades et ainsi soulager leurs aidants : places d’hébergement temporaire au sein des établissements, mais aussi et surtout accueil de jour et même accueil familial.

Les aidants peuvent s’épancher dans les Bistrots-mémoire

Les « Bistrots-mémoire » donnent rendez-vous aux aidants des malades désorientés dans des lieux publics conviviaux et non stigmatisants, où leur parole peut se libérer.
Initiatives portées par des associations ou des maisons de retraite, animées à la fois par des bénévoles et des professionnels (par exemple des psychologues), elles permettent de partager les expériences, lever des tabous et faire circuler l’information.
Vu leur pertinence en terme de prévention et de maintien à domicile, les Bistrot-mémoire ont obtenu une reconnaissance et les financements qui vont avec, notamment un soutien du Département. C’est à Rennes qu’a été imaginé le premier Bistrot-mémoire, ouvert en 2004, qui a fait depuis des émules dans toute la France. L’Union nationale qui les fédère a son siège en Ille-et-Vilaine : http://bistrot-memoire.com/bretagne/35-ille-vilaine/